Exposition Forever until the End
Sophie Blum & Reynald Drouhin
du 9 novembre au 8 décembre 2013
Vernissage le 9 novembre 2013 à 18h

carton

Forever until the End*.
Tel une déclaration d’amour naïvement jusqu’au-boutiste, la formule véhicule l’idée du couple, rappelant les road-movies américains (Wild at Heart de David Lynch, Thelma et Louise de Ridley Scott, Bonnie and Clyde de Arthur Penn) et leurs dénouements tragiques.
L’installation insitu à la galerie Schaufenster présente une série de messages d’erreurs informatiques qui, extraits de leur contexte, ne sont pas immédiatement reconnus comme tels. Ces courtes phrases, brulées aux murs, prennent alors une dimension plus générale et font écho au monde contemporain.
“Toujours, jusqu’à la fin”, expression appliquée à la société et non plus à l’humain, apporte alors une forme de contradiction (épanorthose)** annonçant une volonté et un optimisme à toute épreuve tout autant qu’une forme d’apocalypse.
Une narration se créé en effet, entre le message extrait de la machine, l’écriture manuelle (l’homme) et le traitement évoquant la destruction. La succession des erreurs marquent une persévérance, une application à continuer d’essayer malgré les échecs jalonnant le parcours.
L’utilisation de messages d’erreurs informatiques appelle les références telles que Matrix et autres films de sciences fiction où la technologie s’immisce dans chaque parcelle de vie jusqu’à en définir la structure (les messages d’erreurs comme matrice visible de la société), alertant de la chute de l’humanité, de la nécessité d’un sursaut collectif.

OUT OF MEMORY

SERVICE TEMPORARILY OVERLOADED

UNABLE TO LOCATE HOST

A SERIOUS ERROR HAS OCCURED

REQUEST TIMEOUT

Le projet proposé se construit en duo plutôt qu’en vis à vis.
L’approche graphique de Sophie Blum vient compléter la démarche artistique de Reynald Drouhin qui travaille depuis plusieurs années autour des problématiques liées aux réseaux et au vocabulaire numérique, cherchant à les matérialiser et les inscrire dans une spatialité.
Les messages sélectionnés, directement inscrits sur les murs, cohabitent et entrent en résonance pour multiplier leurs interprétations possibles. Les sortir de leur contexte permet de les articuler avec l’actualité (“la crise”) et insiste sur le fait que la société ne peut pas faire face à l’ensemble des problèmes actuels : sociaux, économiques, écologiques…
L’inscription est faite par la brûlure du mur, comme marqué au fer rouge. Elle fait référence au graffs et tags urbains à la bombe mais contient cependant une intensité plus dramatique. L’écriture avec le feu rend compte de l’erreur mais aussi de la réaction qu’elle provoque (révolte, révolution) et symbolise de façon tautologique la destruction, le bug, l’erreur, le crash…

* également utilisée par Kasper Sonne (2008, Norvège)
** Figure de pensée qui consiste à revenir sur ce que l’on vient d’affirmer, soit pour le nuancer, l’affaiblir et même le rétracter, soit au contraire pour le réexposer avec plus d’énergie

 

Galerie Schaufenster
19, quai des pêcheurs
67600 Sélestat
http://www.schaufenster.fr
https://www.facebook.com/Galerie.Schaufenster

En partenariat avec :
– Le fonds de dotation INTERFACES
– Atelier 9
– Avec le soutien de la DRAC Alsace

carton2

31 octobre 2013